UNE PENSÉE POSITIVE


Un sourire coûte moins cher que l'électricité mais donne autant de lumière.



DIY DU JOUR... Idée déco.. porte bougies nature!




TIRAGE AUX GOURMANDISES

Felicitations a alinem@laposte.net le gagnant du jour pour une gourmandises au BaZart.Café!



COUP DE COEUR DU TRACTEUR SAVANT


Carbone & Silicium


Les amateurs de science-fiction apprécieront ce nouvel opus de Mathieu Bablet. Si le sujet de départ peut sembler classique : la création de deux androïdes et leurs interactions avec les hommes, Mathieu Bablet entraîne ensuite le lecteur dans une grande fresque qui ouvre sur de multiples réflexions philosophiques. On s’attache et on suit, sans même s’en rendre compte, les personnages sur 272 pages !


“Carbone & Silicium” de Mathieu Bablet, éd. Ankama, 22,90€


Librairie Le Tracteur Savant

5a, place de la Halle

82140 Saint-Antonin-Noble-Val

Tél: 07 82 55 72 27 Email: letracteursavant@gmail.com Site : www.letracteursavant.com

La librairie est ouverte:

du mardi au samedi de 10h à 12h30 et de 14h à 18h30 et le dimanche de 9h à 13h


POINT ARTISTE EN RÉSIDENCE avec MARIE VAN GYSEL



Pour en faire un collage j’aime prendre le temps de ressentir comment vibrent les couleurs entre elles, choisir celles qui s’accordent le mieux au moment présent. Je découpe des formes, les déplace, les superpose. Je ne veux pas définir ce que c’est à l’avance, c’est un puzzle que je découvre. Une forme amène une autre, petit à petit elles deviennent : figure, motif, monstre, paysage,… A un moment l’image trouve son équilibre, il n’y a plus rien à ajouter.






CRÉATEUR-TRICE À CONNAÎTRE

Francesca Pasquali

Tisseuse de matériaux contemporains qui se fond dans l'environnement et devient un élément architectural.

https://www.francescapasquali.com/



LE SAVIEZ VOUS? de l'office du tourisme

Dès 1260, des textes mentionnent la présence de tanneries à Saint-Antonin. Elles sont nommées affacharia.



L'HISTOIRIETTE DE EVELYN BOUSSARD & CO.


Petits mots d’enfants, à St Antonin


Les couronnes

Quand on avait du monde, l’habitude était d’aller prendre une grande couronne chez Sylvie, la boulangère, du temps où elle était au centre du village, juste là où il y a maintenant une galerie de peinture.

À la maison, Ariane qui a dans les quatre ans, assiste au découpage du pain.

— Zut, dit sa mamie, il y a des trous dans la couronne !

— Mamie, dit la petite, il faudra dire à Sylvie qu’elle a perdu la recette.


Les seringues

C’est toujours Ariane. Cette fois-ci, elle est un peu plus grande et se charge d’aller prendre le pain chez Sylvie.

Quelque temps après, c’est au tour de sa mamie d’aller à la boulangerie. Il y a déjà la queue quand elle se présente devant Sylvie pour prendre un pain.

— Ah ! Dit Sylvie, ce que l'on a pu rire l’autre jour. Votre petite Ariane est venue en pyjama avec votre grand caddie. Elle a commencé par lire sur un papier une longue liste de commande : croissants, baguettes, grande couronne. Cela n’allait pas vite et les clientes qui étaient derrière commençaient à s’impatienter. Mais cela ne l’a pas dérangée et elle est allée jusqu’au bout de la liste.

— Mais nous aussi, Sylvie, on a bien ri quand Ariane est revenue à la maison avec vos « seringues »

— Comment ça, mes seringues ?

— Oui, c’est ce qu’elle nous a dit en nous donnant un pochon de votre part :

« regardez ! Sylvie m’a donné des seringues pour tout le monde ».

— Des seringues ! Mon Dieu, elle n’a pas su redire ! C’était des meringues que j’avais données, des meringues.

Et voici que Sylvie et la mamie éclatent de rire tandis que ces dames de St Antonin commencent à trouver le temps long et à s’impatienter.


Premiers pas aux Moines

Aux Moines, bon nombre de petites filles et de petits garçons ont fait leurs premiers pas. Ariane, par exemple, a pris d’autorité la main de sa mamie pour faire trois fois le tour de la place.

La mamie, qui commençait à s’essoufler, se demandait quand cela allait s’arrêter. Et puis, la maman est arrivée les rejoindre. La petite a alors quitté la main de sa mamie et a fait ses premiers pas vers sa maman.


La poupée, aux Moines

Du temps où il y avait l’ombre des grands ormes, on s’asseyait aux Moines avec les petites filles et leurs poupées. L’une d’elles, Rébecca, berçait sa poupée quand son oncle lui posa cette question.

— Rébecca, tu t’occupes bien de ta poupée, mais est-ce que tu lui donnes à manger ?

— Non, je ne peux pas, mon sein, il est fermé.


Le pamplemousse de la Halle

De temps en temps, la mamie achetait des pamplemousse à la Halle, à « la Grappe dorée », l’étal de primeurs tenu par les Delpech, avant qu’ils n’ouvrent le Shopi sur la route du Démié. Elle tenait par la main son petit-fils qui regardait Mme Delpech en train de peser les fruits sur la balance. Parmi les pamplemousses jaunes, il y en avait un de couleur rose qui dépareillait. Le gamin de s’esclaffer :

-Oh ! Mamie, regarde, elle a mis un pamplemousse à la fraise.



Du poisson pané.

C’était le temps où on achetait du poisson pané en surgelé. Cela dépannait bien et les petits adoraient.

On pouvait même en trouver au Shopi de St Antonin.

Un jour où elle avait été prise de court, la mamie servit du poisson pané pour tout le monde. Son petit-fils en fut ravi et vida promptement son assiette.

Après le repas, on se mit à regarder les photos de famille. Sur les photos plus anciennes, il n’y avait pas le papa du petit. Il n’y avait que la tante, la première née du foyer.

Le gamin n’était pas content :

- Et pourquoi il n’y a pas mon papa sur la photo ?

- Calme toi, mon petit, c’est parce qu’il n’était pas né.

L’enfant se met alors vraiment en colère

- Mais, mon papa, c’est pas du poisson !


Après réflexion, ce n’était pas sans queue ni tête car la mamie avait bien servi du poisson pas né ce jour-là, n’est-ce-pa


Et voilà la septième journée de décembre. Elle vous a plu? Vous avez une pensée à ajouter? Une chanson? Une pensée? Dites-le nous! On fait ça pour vous et on aime vous faire plaisir, donc laissez nous un commentaire, un email ou un message et on fera ce qu'on peut.

Le BAZART

94 vues